AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 where do we go from here (r/abby)

Aller en bas 
AuteurMessage
Dean Brekker
avatar

Messages : 9
Pseudo : witchling, clau.
Multinick : gin.
Face + © : matthew daddario, © mine
Dollars : 0

secrets that I never want to know
relationship(s):
availability + language:



MessageSujet: where do we go from here (r/abby)   Dim 23 Sep - 20:45

There's no place to call our own
Like a drifting haze we roam

DEAN + ABBY
L'alcool brûle sa gorge dans une sensation de pur bonheur, le liquide ambre fort coule dans sa trachée et se rend jusqu'à son estomac où il sera, espérons, digérer et non pas rejeter avec une violence, par le corps mal traité du policier. Quelques jours ont passés, si ce n'est semaine, il ne saurait le dire, ayant perdu toute capacité et volonté à réfléchir, mais surtout ayant perdu le temps, la date. S'orienter dans un espace-temporel restreint lui est devenu impossible, lui, l'homme de stratégie, de logique, ça ne suffisait plus, d'avoir un bon cerveau. Dean boit une gorgée de plus, espérant ainsi oublier. L'alcool, le seul échappatoire de sa vie, de sa situation. Aussitôt le rhum traverse ses lèvres, il se sent décoller, comme brouillé. Sa mémoire lui joue des tours, omet des événements, dont cette tragique nuit qui lui a retirer tout ce dont il aimait. Épris avec des séances chez un psychologue pour être dans la capacité mentale de retourner sur un terrain, le médecin ayant été plus laissez-passer sur ce sujet. Physiquement, rien ne clochait chez lui, mais mentalement, on le disait sous le choc de l'accident. Il avait tiré sur un homme qui s'en prenait à sa coéquipière, que voulait-elle entendre de plus, cette femme aux escarpins rouges qui le rendait confus. Pourquoi rouge, la couleur du mal, de Satan, de Lucifer? Il regardait probablement trop de télévision. Contre le bar, il pousse un long soupir, le brouillard venant enfin à lui après un verre et demi. La résistance qui se créait ne lui plaisait pas, et quiconque connaît Dean, sait que mélanger ce n'est pas pour lui. À ce moment précis une figure féminine prend place à côté de lui, et l'homme a envie de pousser un énorme soupir. Sérieusement Abby, je n'ai pas besoin d'un chaperon. Dit-il en se tournant vers elle pour lui faire face. Visiblement il criait à l'aide avec son visage cerné, sa barbe plus longue que jamais, bien que pas encore assez pour faire une tresse. Pourquoi la soeur de celle qu'il aime devait s'acharner sur lui? Reviens me voir quand elle se rappellera, si elle se rappelle un jour. Son verre en main accompagne ses paroles, de même qu'un rire sec à la fin.

_________________
And do not mistake to think, that I could possibly be made to leave you.


Dernière édition par Dean Brekker le Lun 24 Sep - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abby Hynde
avatar

Messages : 224
Pseudo : rivendell, lucie.
Face + © : vikander | av@vendelou ; sign@tumblr.
Dollars : 0

secrets that I never want to know
relationship(s):
availability + language: available, fr [dean, you ?]



MessageSujet: Re: where do we go from here (r/abby)   Lun 24 Sep - 11:46

Elle la regarde dormir tranquillement, alors qu'elle passe une main délicate mais presque hésitante dans ses cheveux. Elle est revenue il y a peu, mais Abby a parfois l'impression qu'elle n'est pas présente. Pas comme avant. Car plus rien ne sera comme avant. Elle doit se faire une raison, et elle essaye la Hynde. Mais ce n'est pas évident, facile. Ça ne le sera jamais. Et elle ne sait rien faire, elle se sent impuissante face à cette situation qui la ronge. Alors elle pousse un doux soupir, se levant du lit sans un bruit. Elle sort de la pièce, referme la porte délicatement. Abby jette un coup d'œil à son téléphone. Il ne lui a toujours pas répondu. Et ça ne l'étonne que très peu, après tout. Mais elle sait où le trouver, car dernièrement, il ne quitte que très peu le bar de Palmer Springs. Et elle s'y rend en seulement quelques minutes grâce à un taxi Abby. Elle aurait pu prendre son vélo, au vu du temps et du soleil présent en ce début d'automne. Mais elle n'en avait pas envie, ne sachant pas encore dans quel état elle le retrouverait. Lui, le meilleur ami de sa sœur, celui qui aurait pu être plus si elle n'avait pas pris cette balle. Cette pensée la fait frissonner. Elle ne peut s'imaginer ce qu'il a ressenti sur le moment, et elle ne pourra jamais se l'imaginer. De toute façon, elle ne le veut pas. Étant encore sous le choc du coup de file qu'elle a reçu suite à l'accident, et à l'état de sa sœur dans ce lit d'hôpital qu'elle venait tout juste de quitter. Abby pousse la porte du bar, alors que son regard se pose automatiquement sur cette silhouette courbée. Elle ne le reconnaît plus, avec ces cheveux beaucoup trop longs et cette barbe bien trop indisciplinée. Elle tire la moue et elle ne cache pas qu'elle a de la peine pour lui, Abby. Elle s'approche doucement, prenant place à ses côtés. Et elle subit automatiquement ses foudres, ce qui ne l'étonne plus. — Oh je ne suis pas là pour ça Dean, tu es assez grand pour savoir ce que tu fais. — Elle appelle le serveur d'un signe de main, commandant simplement un thé citronné. Elle aime boire pourtant, Abby. Mais pas une heure pareil. — Tu devrais lui laisser le temps, Dean, tu ne crois pas ? Tu sais bien ce que les médecins ont dit. Ils sont optimistes. De toute façon, on ne saurait rien faire. — Elle hausse les épaules. Oui, ils ne sauraient rien faire, à part espérer. Espérer qu'elle se souvienne. — Elle est rentrée, c'est déjà une bonne chose. Et surtout, elle est en vie. Alors arrête de te morfondre. Elle n'aimerait pas te voir ainsi. — Abby remercie le barman et touille dans son thé fraîchement chaud.

_________________
 
— i'm not scared of passing over or the thought of growing old because from now until i go.


Dernière édition par Abby Hynde le Mar 25 Sep - 6:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Brekker
avatar

Messages : 9
Pseudo : witchling, clau.
Multinick : gin.
Face + © : matthew daddario, © mine
Dollars : 0

secrets that I never want to know
relationship(s):
availability + language:



MessageSujet: Re: where do we go from here (r/abby)   Lun 24 Sep - 22:13

La colère qui monte en lui est constante, presque autant que ses flashs qui le perturbent, nuit et jour, qui ne le consolent jamais assez, qui viennent le hanter. Il sait ce qui s'est passé, il y était, Dean, il a tout vu, a été témoin de comment on peut mal gérer les choses, que tout peut dérouter en l'espace d'une seule seconde d'inattention. Il se sent con et coupable, mais surtout idiot. Il aurait dû prendre les devants, il aurait dû la protéger, prendre soin d'elle, prendre la balle et les coups. Il aurait gérer comme il le fait toujours. Tove, elle est toute petite, n'a pas un corps qu'on peut frapper. Le brun passe une main dans sa chevelure lorsqu'elle ouvre la bouche, cette soeur qui n'est plus qu'un mauvais souvenir de ce qu'il a manqué touché mais n'a pas eu. Il rit, est sarcastique dans sa réponse. Les médecins ne sont que des bons à rien qui ont foutu sa coéquipière dans un coma et on effrayer toute sa famille. Ils sont probablement la raison de son amnésie. Ou bien est-ce le con qui a reçu une balle dans la jambe, gracieuseté de la rage de Dean? Il ne sait plus, ne veut pas le savoir, à qui revient la faute. Car le détective en lui ne peut se résilié à se retirer de la lise des suspects, de ceux qui ont causé la perte de sa coéquipière, de sa Tove. En vie? Mais réveille-toi Abby, c'est une enveloppe corporel, il n'y a plus rien qui appartienne à Tove là-dedans. Ma Tove a quitté ce monde, et elle ne reviendra pas. Il prend une nouvelle gorgée de son verre, qu'il finit d'une traite. Son regard se perd dans le fond, regardant le motif tracé au fond de la vitre. Comme le cerveau de cette belle brune qui occupe ses pensés trop souvent et qui est réduit en cendre.  Me voir ainsi? Me voir comment? Dans un bar en pleine après-midi parce qu'on m'a suspendu le temps de faire une enquête pour avoir tirer sur l'homme qui lui a fait? Ou bien parce qu'on m'a collé un arrêt le temps de me remettre "psychologiquement des événements"? La douceur ne fait plus parti de celui qu'il était, il a tout perdu; capacité à réfléchir, à vivre, à se lever le matin. Il a perdu son job, la femme qu'il aimait, sa meilleure amie, sa coéquipière, son égo, sa notoriété en tant que détective. Au bout de la ligne, il se retrouve seul pour une balle tirer dans une jambe, pour une blessure qui a affecté Tove pour toute sa vie. C'est ridicule, pourquoi personne ne le réalise?  J'ai besoin d'elle, sans elle je... je ne suis rien. Dit-il regardant Abby dans les yeux, voyant la tristesse, que tout n'allait pas bien, qu'elle ne réussirait pas à l'aider. Personne ne pouvait à ce stade. Pas même l'ombre d'une lueur d'espoir ne pourrait l'aider. Il baisse finalement la tête, se demandant quelles étaient les joies qui lui restaient.

_________________
And do not mistake to think, that I could possibly be made to leave you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abby Hynde
avatar

Messages : 224
Pseudo : rivendell, lucie.
Face + © : vikander | av@vendelou ; sign@tumblr.
Dollars : 0

secrets that I never want to know
relationship(s):
availability + language: available, fr [dean, you ?]



MessageSujet: Re: where do we go from here (r/abby)   Mar 25 Sep - 10:20

Ce n’est qu’un long soupire presque désespéré qu’il s’échappe de sa bouche alors qu’il l’agresse par ses mots durs et froids. Elle le comprend, d’un côté, Abby. Mais d’un autre, elle ne le pourra jamais. Mais il oublie, Dean, qu’elle a failli perdre sa sœur la Hynde et que sans elle, son monde se serait effondré. Et elle le trouve égoïste, le temps d’un instant. Elle ne lui en veut pas Abby, car elle sait à quel point il l’aime, à quel point ses sentiments sont profonds pour Tove. Jamais personne ne la regarder comme il le fait, jamais personne n’a réussi à prendre autant soin d’elle. Pas même Abby. Délicatement, elle retire son sachet de thé pour le mettre sur l’assiette à côté de sa tasse, portant celle-ci à sa bouche, laissant la vapeur de l’eau chaude se glisser dans ses narines. Elle hume l’odeur acide du citron, avant d’y goûter sa saveur. Et elle grimace, Abby. Que ce thé est chaud. Son oreille reste attentive aux dires de Dean, qui ne manque pas finir son verre d’une traite. Elle déposa sa tasse un peu plus violemment sur son socle, et puis se retourne pour lui faire ça. — Tu ne crois pas que je suis consciente de son état Dean ? Que ça ne m’attriste pas de retrouver ma sœur dans un corps de vngt-sept ans avec pour seuls souvenirs ceux de son enfance et du début de son adolescence ? J’ai failli perdre ma sœur Dean. — Ses mots se brisent, sa voix se casse alors qu’elle sent les larmes montrer jusqu’à ses yeux. Elle essaye pourtant de les ravaler, car elle n’est pas là pour s’apitoyer sur le sort de Tove. — Exactement. Te voir te morfondre sur ton sort, te voir devenir comme toutes ces personnes qu’elle déteste. Ça ne te ressemble pas. — Elle hausse les épaules. Même elle, elle ne l’a jamais connu comme ça et ça l’attriste Ab de le voir de la sorte. Mais elle n’est pas sa mère, elle n’est que la sœur de la femme qu’il aime. Elle n’a rien à lui dire, elle le sait. Mais Abby veut le protéger. Car elle s’est attachée à ce gamin de détective qu’elle pouvait trouver parfois trop puérile. Et Dean redresse la tête, plongeant son regard dans ceux de la brune. Abby, elle soit sa tristesse, sa détresse. Mais elle ne sait que faire, n’ayant pas les moyens de faire changer les choses. — Je sais .. Mais tu dois garder la tête hors de l’eau Dean. Pour elle. — Sa main vient se poser sur son épaule. Et par ce geste, elle essaye de lui faire comprendre qu’il peut compter sur elle, qu’il le pourra toujours, quand bien même la situation est délicate et difficile à vivre. Les secondes passent, et elle finit par reprendre une gorgée de sa boisson chaude devenue un peu plus tiède. — Tu bois quoi ? C’est pour moi. Et fais attention à ce que tu diras.

_________________
 
— i'm not scared of passing over or the thought of growing old because from now until i go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Brekker
avatar

Messages : 9
Pseudo : witchling, clau.
Multinick : gin.
Face + © : matthew daddario, © mine
Dollars : 0

secrets that I never want to know
relationship(s):
availability + language:



MessageSujet: Re: where do we go from here (r/abby)   Mar 25 Sep - 23:47

S'il est égocentrique, ce n'est pas voulu. Son esprit est ailleurs, ne réfléchit que très peu à ce qui sort de ses lèvres. L'homme déchu sent sa vie se dérober sous ses pieds, comme au bout de la falaise avec une décision critique à prendre; se lancer sans parachute dans le vide, ou rester sur la terre ferme un peu plus longtemps. Il sait bien, que s'il ne fait pas la chute, jamais il ne retrouvera Tove, et il est absolument hors de question qu'il lâche complètement l'affaire. Mais il a mal, mal de vivre, d'être. Et si ce n'était que son cas à elle, il pourrait s'en remettre. Mais tout lui tombe dessus au même moment et il suffoque. L'alcool le rend inconscient, et il boit, oublie, recommence. Encore et encore. Le boulot, il n'est pas près d'y retourner. Pas sans elle, il ne serait pas capable. Elle se souvient de toi. Est la seule chose qu'il est capable de prononcer quand elle lui dit avoir manqué perdre sa soeur. Il ne veut pas entrer dans la dispute du "j'étais là", ça ne mènerait à rien, puis Abby déborde d'une gentillesse qui lui fait énormément pensé à Tove. Peut-être même encore plus. Hors de question qu'il lui fasse du mal, la froisse, jamais sa soeur ne lui pardonnerait cette bêtise. Un café, noir. Le détective apprit de ses erreurs sur ce coup-ci et répondit ce à  quoi elle s'attendait, et non pas la réponse qu'il eut réellement envie de sortir de sa bouche: "un rhum foncé, fort". Ça ne lui aurait visiblement pas plus. J'étais là, j'ai tout vu, je n'ai rien pu faire, je n'ai pas pu l'aider. J'ai cette colère qui ne veut plus quitter. Ses poings se serrent à cette pensée, qu'il est à quelque part coupable, que s'il aurait pensé autrement, s'il n'aurait pas jouer au con, qu'elle serait encore en vie, près de lui, qu'elle se rappellerait sa déclaration d'amour avant de faire cette mission. Et si, justement, ce sont ses paroles qui l'ont influencé, qui l'ont distraite? Je n'arrête pas de me convaincre que ce n'est pas de ma faute, que de lui faire une déclaration avant d'aller faire une arrestation n'a pas influencé son jugement, mais je ne peux m'empêcher de... de penser que c'est de la mienne. L'homme pousse un long soupir et pousse définitivement son verre d'alcool pour la journée. Elle a raison à quelque part, il ne peut pas rester là, dans ce bar toute sa vie à se morfondre. Il devait se lever, aller la voir, passer du temps avec elle pour ainsi créer de nouveaux souvenirs qui idéalement lui ferait se souvenir. Comment tu tiens le coup de ton côté? Car il n'est pas une ordure sans sentiments et qu'il éprouve trop de choses, mais surtout, souhaite réellement savoir si elle a besoin de son aide. Tu sais très bien que je serai toujours là pour toi s'il y a le moindre soucis. Tu es la petite soeur que je n'ai jamais eu. Reprenant ses habitudes, Dean lève le doigt et le pose sur le nez d'Abby, qui malgré son âge rapproché du sien, est comme une soeur. À travers le brouillard, il lui reste tout de même celle qu'il doit protéger. Il tuerait si quiconque essayait de lui faire du mal, les soeurs Hynde étant toute sa vie, sa seule famille, celle qu'il a choisit, qui est venu à lui et qui ne semble plus le quitter.

_________________
And do not mistake to think, that I could possibly be made to leave you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: where do we go from here (r/abby)   

Revenir en haut Aller en bas
 
where do we go from here (r/abby)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JUNK IN THE TRUNK :: Palmer Springs, Eagle State (USA) :: Fenway Valley :: The Anchers-
Sauter vers: